Ho Chi Minh Ville ou Saïgon pour les intimes

03/03/2017 - Pays : Vietnam - Imprimer ce message

Nous sommes arrivés au Vietnam par autobus, un voyage d'environ 7 heures.  Seulement quelques heures de route mais un bond en avant de quelques décennies.  Le Vietnam est tellement plus moderne que son voisin cambodgien. Et que le Laos. Et que le Myanmar.  Dès les premiers abords, nous sommes impressionnés par Ho Chi Minh scindée par un cours d'eau, parsemée de grands parcs.  Les habitations sont entretenues, les rues sont propres, des guirlandes chevauchent plusieurs grandes artères.  

On se rend rapidement compte que la ville est bouillonnante d'activité toute la journée.  Il n'y a pas de tuk tuk mais des millions de motos, en plus des voitures, qui circulent en tous sens.  Ici, il faut apprendre l'art de traverser la rue.  Ça nous stresse un peu mais mieux vaut nous y faire rapidement parce qu'il paraît qu'on a rien vu, que c'est à Hanoi que c'est un vrai défi.  Il y a beaucoup de monde partout. Dans le parc devant notre hôtel, dès 5 heures 30 du matin, les gens font du jogging, marchent, jouent au badminton, font du zumba.  Les conducteurs font aller leur klaxon malgré l'heure matinale.  Nous bénissons notre chambre tranquille davantage vers l'arrière de l'hôtel.

Nous avons commencé notre découverte de la ville par le Musée des souvenirs de guerre qui concerne la guerre du Vietnam laquelle, au Vietnam, s'appelle la guerre américaine.  La guerre a opposé le sud du pays, les capitalistes soutenus par les États-Unis, et le nord du pays, les communistes, qui ont gagné la guerre quand les États-Unis se sont retirés de cette guerre civile qui aura duré près de 20 ans.   Le musée propose donc une perspective toute différente et montre les horreurs que les Américains ont fait subir au Vietnam qui a perdu 20% de sa population pendant cette triste période.  Le pire, ce sont les liquides chimiques répandus sur plusieurs régions, souvent à répétition, et qui, en plus de tuer, ont contaminé la région si bien que nombre de personnes ont subi des séquelles permanentes et nombre de bébés sont nés difformes, des difformités horribles qui défient l'imagination.

À la fin de la guerre, Saïgon a été rebaptisée Ho Chi Minh et a perdu son statut de capitale.  La capitale se devait d'être dans le nord, du côté des gagnants de la guerre.  C'est Hanoi qui a été élue.

Après le musée, nous avons visité les incontournables de la ville: le bureau de poste à l'architecture française, la cathédrale catholique, le palais de la réunification du sud et du nord du pays, le vieux Saïgon avec tous ses restaurants, pubs et boutiques. C'est un quartier animé où il est intéressant de se promener.

Puis on est revenu à un incontournable lié à la guerre: les tunnels de Cu Chi, une preuve exemplaire de la ténacité du peuple vietnamien.  Au fil des guerres, le village de Cu Chi situé à 1h30 de route de Saïgon, a développé un réseau de tunnels sous-terrains, un total d'environ 250 km de tunnels et de chambres où les villageois ont continué de vivre et on participé à la guerre, tendant des trappes mortelles à l'ennemi dans la campagne.  Dans le labyrinthe on trouvait des quartiers d'habitations, des hôpitaux de campagne, des centres de commandement, des cuisines.  Les stratégies pour éviter d'être détecter sont incroyables: bouches d'aération simulant des termitières, chambres de refroidissement pour éviter d'être découvert à cause des effluves de cuisine, etc.   Nous avons eu l'occasion de parcourir quelques mètres du tunnel où il fait nuit noire et dans lesquels on circule accroupi  (1,20m X 80 cm). Claustrophobes s'abstenir ! Difficile de croire que des milliers de personnes y ont vécu des années.

Nous redoutions Ho Chi Minh et nous la quittons enchantés. 

Après Saïgon, nous sommes partis pour une petite croisière de 24 heures dans une ancienne barge de riz dans le delta du Mékong.  Nous n'étions que 3 couples à bord alors que le bateau, le Bassac, compte 10 chambres: quasiment un tour privé ! Les deux autres couples, un de Calgary et l'autre de Rouen, en France, étaient fort sympathiques alors l'ambiance de cette balade fluviale était super agréable. Nous avons tous quitté le bateau avec un guide à un moment pour faire une petite excursion en pirogue et une visite des villages riverains.  Du fleuve, on ne soupçonne pas tout ce qui grouille derrière la lisière de végétation au bord de l'eau .  C'était vraiment mignon, une vie paisible au milieu d'une nature généreuse. Une autre beau coin du monde !



Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.