Laos 2 - Le Plateau des Boloven à moto

07/02/2017 - Pays : Laos - Imprimer ce message

La seconde étape de notre voyage au Laos a commencé par un petit vol vers Paksé, la ville importante du sud du pays.  Paksé n'est pas touristique mais sert de point de chute pour entreprendre des excursions dans les régions environnantes.  Dès notre arrivée, nous nous sommes mis à la recherche d'une moto pour faire la petite boucle du plateau des Boloven, un peu plus de 200 km de route.  Nous avons loué chez Miss Noy, une petite entreprise tenu par Yves, un Belge, et sa femme Noy qu'il a rencontrée lorsqu'il a lui-même voulu louer une moto pour visiter le Laos il y a 6 ans et qu'elle lui a loué une des deux motos qu'elle avait alors à louer.  Ils ont maintenant 52 motos et ça marche à fond ! Donc le lendemain, nous enfourchons notre 125cc (après le scooter électrique à Bagan et la moto 100cc de Luang Prabang, on augmente légèrement le calibre !) et partons à l'assaut des Boloven.

Nous nous attendions à un parcours sinueux, montagneux mais il n'en est rien.  La route traverse des campagnes et des villages mais nous n'avons pas tellement l'impression d'aller en altitude.  La grosse affaire dans les Boloven comme partout au Laos, ce sont les chutes, fort jolies par ailleurs. Alors les arrêts suggérés sur le trajet en comportent généralement une.  Notre objectif pour le premier jour est de nous rendre au village de Tadlo (et la chute Tadlo !).  Le village est minuscule et très pittoresque. Vaches, cochons, chèvres, poules et chiens se mêlent à la population dans une joyeuse harmonie.  Une vache broute devant l'inutile bureau d'information touristique où le préposé ne parle aucun mot d'anglais ni de français et ne possède aucune documentation.  Une truie grogne pour rassembler sa nombreuse portée devant une auberge. Un coq circule parmi les tables dans le restaurant.  Et tout est cool, ça fait juste partie de la vie.

Nous élisons le Palamey Guesthouse pour la nuit.  C'est rustique, mais propre.  Le soir, la famille qui tient l'endroit invite tous les clients à participer au dîner familial.  Nous aidons à faire la cuisine et tous les plats sont mis sur la table pour un partage convivial.  Ça génère une ambiance fort sympathique et ça jase en masse ! Tout le monde fait connaissance et nous avons connu divers voyageurs que nous avons recroisé par la suite ailleurs au Laos.

Le lendemain, nous reprenons la route pour d'abord rejoindre non pas une chute mais une plantation de café chez le réputé Captain Hook.   C'est un surnom bien sûr mais son vrai nom est bien Hook. Cet homme brillant est un érudit du café et nous mesurons à son contact l'étendue de notre ignorance sur le sujet.  Nous circulons dans la plantation et au passage, il partage des connaissances sur les plantes que nous croisons; nous allons de surprise en surprise.  Il nous indique la "touch-me-not" au feuillage délicat qui, dès qu'on l'effleure, replie ses feuilles d'un coup sec.  Il nous montre à faire couler la sève d'une plante dans une feuille avec laquelle il forme un petit bol et avec une brindille il crée une petit boucle avec l'extrémité.  Il nous fait deviner ce qu'il fera ensuite.  Aucune bonne réponse dans notre groupe de 8.  Il trempe alors la brindille dans le liquide, souffle délicatement dans l'anneau et des bulles de savon s'envolent.  Ensuite ils s'arrêtent près d'une colonie de grosses fourmis rouges "comestibles".  Il invite à la dégustation.  Quelques uns se lancent, dont Pierre qui goûtera deux fois! Ça goûte le vinaigre. Hook arrache une grande feuille dans laquelle se trouve un nid de fourmis.  Il fait rouler la feuille sur elle même et mange goulûment la purée rouge qui en résulte.  Beurk !

Donc une visite instructive en soi mais ce qui n'est pas l'objet principale de la visite devient source de fascination lorsqu'il se met à nous parler de son ethnie et des mœurs du village où se trouve la plantation.  Ils sont animistes, c'est-à-dire que leur religion est basée sur le culte des ancêtres décédés, des esprits. Attachez votre tuque, on part ! Ces gens ne croient pas à la médecine moderne et celui qui y aurait recours se fera ensuite refuser les services du shaman du village pour toujours.  Le shaman est payé en poules et en cochons lorsque ses traitements fonctionnent. * Les villageois ne croient pas à la génétique et croient que nous sommes blancs parce que nous buvons du lait, que si nous avons les yeux bleus c'est parce que nous buvons beaucoup d'eau.  * Ils croient que la terre est plate.  Si elle était ronde, on verrait bouger les montagnes, n'est-ce pas? *  Ils croient que la fumée des substances qu'ils fument en abondance éloignent les esprits mauvais alors les enfants sont incités à fumer dès l'âge de 2 ans (nous avons croisé un garçon de 7-8 ans gelé comme une balle). *  Ils croient que si une mort accidentelle survient dans une famille, c'est que la malédiction s'abbat sur eux.  Afin d'éviter que le malheur contamine le reste du village, la famille entière est bannie pour 5 ans.  Les gens sont chassés dans la forêt, leur maison est brûlée, on doit tout détruire ce qui pourrait apporter le malheur.  Après 5 ans, la famille peut  revenir et on les aide à se rebâtir.  * Et parlant de famille, les hommes sont polygames.  Dans les maisonnettes vivent des familles de 30 à 60 personnes. * Les enfants sont mariés dès l'enfance.  La cousine de Hook, 9 ans, venait d'être mariée à un homme de 50 ans qui en faisait sa 3e épouse.  Les parents de Hook avait voulu le marier à 7 ans mais il a offert la fille à son frère qui l'a prise.  À l'adolescence, il a refusé la 2e qu'il a offert à son cousin.  À 23 ans, il n'a pas eu le choix d'accepter la troisième offre.  Il a une épouse et 4 enfants dont 3 garçons mais c'est mieux d'avoir des filles parce qu'elles travaillent alors que les hommes ne font pas grand chose. * Lors d'une naissance, le bébé ne reçoit un prénom que lorsque le père fait un rêve symbolisant une arrivée.  Tant que le père ne fait pas ce genre de rêve, le bébé porte en guise de prénom un mot qui signifie "enfant sans nom".  Le second fils de Hook est ainsi resté 2 ans sans prénom. * Hook est âgé de 31 ou 32 récoltes de riz, il n'est pas certain.  Le temps et les saisons se comptent en récolte. * Les femmes accouchent seules ou avec une compagne dans la forêt.  Si l'une meure en couche, elle est enterrée verticalement, sans cercueil, avec un pousse de bananier. * Après avoir commencé une famille, les hommes doivent construire leur cercueil, conservé sous la maison à pilotis.  Le défaut de se conforme à la cette pratique pourrait attirer la mort.  * On ne se sentait pas juste à l'autre bout du monde mais des siècles en arrière !! Nous étions sonnés par tout ce qu'on venait d'entendre.  Notre hôte nous a dit que s'il se permettait de dire tout cela, c'est parce qu'il est le seul à parler anglais dans son village et que de notre côté, nous ne parlons pas la langue de son peuple. Sinon, bannissement assuré.  On nous avait dit qu'il ne fallait pas sortir notre appareil photo dans le village, que ce n'était pas un zoo.  Nous devrons donc conserver en mémoire les souvenirs de cette visite à part 2 ou 3 clichés dans la plantation.

C'est la tête pleine et abasourdie que nous avons repris notre chemin vers des chutes.  C'est plus tranquille comme activité !  Nous dormons au Resort Tad Fane où se trouvent les chutes... Tad Fane. C'est toujours très concept !   C'est en effet un joli endroit en pleine jungle.  Nous avons eu la chance de voir la plus grande araignée tisseuse du pays.

Le lendemain, chute numéro trois, Tad Champi, et nous rentrons à Paksé.  Il fait chaud, la route est poussiéreuse, vivement une douche ! Nous rendons la moto sans regret vers midi et allons préparer notre prochaine étape, la dernière du Laos, les 4000 îles.

Vraiment, le monde est beau! 

 


Imprimer ce message
Syndication :
Par Jean-Benoît
le 18/02/2017 à 17:11:52
Très beau récit et très beau voyage. Continuez, je vous suis toujours de loin.
Par Pierre
le 27/02/2017 à 08:30:31
Je pense que tu aimerais pas mal ça! On va finir de te convaincre à notre retour. À bientôt.
Par Carole & Gilles
le 18/02/2017 à 20:09:30
Bonjour Sylvie et Pierre,
C\'est toujours aussi intéressant de vous suivre dans votre belle aventure! .... quelle histoire que celle du Captain Hook!!! ... la photo du village est super belle!
Cher Pierre, \"c\'est à ton tour de te laisser parler d\'amour...\" , nous te souhaitons de tout notre cœur BONNE FÊTE!!!! Que cette journée soit des plus mémorables! Profites-en bien dans ce beau coin du monde!
Bonne route! On vous embrasse!
Par Pierre
le 27/02/2017 à 07:22:27
Merci à tous les deux pour vos bons voeux. On essaie vraiment d\'en profiter au maximum. C\'est pas toutes les années qu\'on fête un anniversaire de façon aussi spéciale. On se trouve bien chanceux !
Merci encore
Par Marc
le 18/02/2017 à 23:16:07
Quel voyage, en moto en plus. La photo de Pierre rend hommage à toute ta virilité. Ici nous voyageons en ski de fond, il a beaucoup neigé. Merci de partager c\'est beaux moments avec nous. Marc
Par Jacinthe
le 19/02/2017 à 15:44:57
Ouf ! Quel récit, ça donne froid dans le dos ! Merci de me faire connaître ce coin de pays, vraiment intéressant de vous lire. Pierre je te souhaite un joyeux anniversaire rempli de magnifiques découvertes ! Le style moto te va à merveille :-)
Par Pierre
le 27/02/2017 à 07:29:08
Merci Jacinthe pour tes bons souhaits. Ça fait drôle de fêter ça au Laos, mais c\'est pas mal le fun. Pour ce qui est de la moto, du moment que c\'est pas plus de 125cc (c\'est juste un peu plus qu\'une mobylette) ça va. Mais tu devrais nous voir tous les deux là dessus avec nos gros casques... L\'effet doit être plus comique que d\'autre chose :-)
Par Muriel et Aimé
le 19/02/2017 à 21:34:46
Bonjour à vous 2,

J\'imagine les acrobaties qu\'a dû faire Sylvie pour prendre Pierre à photo avec la moto! Vous baignez-vous dans les chutes? Quoiqu\'après la photo de l\'araignée...ce n\'est pas très inspirant :(
Muriel
Par Pierre
le 27/02/2017 à 07:38:14
Pour ce qui est des chutes de Champi, nous aurions pu nous y baigner. Plusieurs le faisaient d\'ailleurs, mais on n\'avait pas prévu le coup et on ne s\'est que prélassé sur le rivage. Ce qui était aussi très bien. Pour le plus hautes chutes (les chutes Tad Fane) je ne sais pas si on pouvait. L\'accès y était plus difficile.
Par François
le 19/02/2017 à 22:11:16
Heille!... Bonne fête mon vieux. Je vous souhaite un bon voyage à vous deux.
P.S. J\'ai fait des calculs, et si on fêtait notre anniversaire deux fois par année, alors on pourrait vivre jusqu\'à 2 fois plus longtemps.
Par Pierre
le 27/02/2017 à 08:05:45
Heille ! Merci François! Quelle belle journée de fête. J\'imagine que ça sera pas comme ça à toutes les années, alors on essaie d\'en profiter au maximum.
Par Jean-Pierre & Renée
le 24/02/2017 à 14:44:56
Bonjour à vous deux,
Ouf !!! Que de bons souvenirs que vous nous avez remémorés. C\'est trippant, n\'est-ce pas ? Les récits (pas toujours vrais mais on s\'en fout) des locaux valent mille piasses.
Bon vent pour la suite.
Par Pierre
le 27/02/2017 à 08:26:02
Trippant tu dis ? Nos yeux pis nos oreilles ne sont pas assez grands pour enregistrer tout ça. Ouais... on trippe pas mal!

Laisser un commentaire

Copyright © Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.